Back
Image Alt

Le secteur fintech en baisse : financements et sorties au plus bas de l’année

La dynamique du secteur fintech connaît un coup dur, avec des financements et des sorties au plus bas depuis le début de l’année.

Baisse drastique des levées de fonds dans la fintech européenne

Une étude récente menée par la banque d’affaires Avolta Partners met en lumière une baisse significative des levées de fonds en Europe. Cela enregistre un recul de 80% par rapport à l’année précédente. 

A voir aussi : Quels sont les dispositifs d’investissement locatif ?

Cette diminution a ramené les niveaux de financement des fintechs à ceux de l’année 2018. Outre la dévaluation de leurs valorisations, les entreprises du secteur font également face à une raréfaction de leurs sources de financement. Publiée le mardi 20 juin, l’étude révèle que les levées de fonds au premier trimestre 2023 ont reculé d’environ 80% par rapport au sommet atteint lors des trois premiers mois de l’année 2022. 

Les entreprises européennes du secteur n’ont réussi à mobiliser qu’un total de 1,7 milliard d’euros, atteignant ainsi un niveau comparable à celui de 2018. Cela est valable aussi bien en termes de montant qu’en nombre de tours de table.

A découvrir également : Indemnisation accident corporel : calcul et montants expliqués

Prenez connaissance des dernières actualités fintech sur Begeek !

Le classement de La France à la deuxième place pour les licornes

Un effondrement majeur a touché les secteurs :

  • De la banque
  • Des paiements 
  • De la gestion de patrimoine

Cela est à la fois le résultat d’une diminution du nombre de transactions et de levées de fonds plus modestes à partir de la série C. 

Malgré ce contexte, certaines opérations significatives ont été observées en France, notamment avec Qonto, une néobanque pour les professionnels. Ce dernier a levé 486 millions d’euros. C’est également le cas d’October, une plateforme de prêts aux PME, et Sesamm, une entreprise développant une solution d’analyse de documents basée sur l’intelligence artificielle pour les institutions financières. Toutes les deux ont levé 35 millions d’euros.

Le début de l’année 2023 a également été marqué par la naissance de deux nouvelles licornes fintech en Europe, dont Wefox, une société d’assurtech allemande, portant ainsi à 63 le nombre total d’entreprises valorisées à au moins 1 milliard d’euros sur le continent. Qonto se positionne comme la seule entreprise française figurant parmi les quinze principales licornes. Toutefois, la France se classe deuxième, après le Royaume-Uni, en termes de nombre de licornes, avec une part de 16%, devançant l’Allemagne.

2024 : une lueur d’espoir après des temps difficiles

Au premier trimestre de cette année, les sorties financières ont connu une chute significative, atteignant leur niveau le plus bas depuis la même période en 2020. Les opérations cumulées n’ont totalisé que 300 millions d’euros, avec aucune introduction en Bourse enregistrée. 

Les acquisitions réalisées par d’autres entreprises, majoritairement européennes, ont représenté la majeure partie des transactions. Selon les projections d’Avolta, cette tendance de sorties financières faibles devrait se maintenir au deuxième et troisième trimestre de cette année, tandis que les valorisations continueront de diminuer.

Cependant, malgré cette période difficile, il y a une lueur d’espoir à l’horizon. À partir de la fin de l’année 2023, Avolta prévoit une reprise progressive, notamment grâce à une remontée des cours de Bourse observée aux États-Unis depuis le début de l’année. Cette reprise pourrait raviver l’activité de fusions-acquisitions et stimuler les rachats de fonds en Europe. 

Avolta est optimiste quant à l’atteinte de la rentabilité pour de nombreuses licornes et scale-up européennes d’ici 2024. Cela débloquerait de nouvelles opportunités d’introductions en Bourse (IPO).