Back
Image Alt

Les éditeurs français réagissent aux plaintes des lecteurs sur les prix des ebooks

Il n’est pas sans savoir que les lecteurs électroniques se plaignent constamment par rapport aux prix des e-books. C’est une affaire qui fait la toile depuis peu. Cependant, les éditeurs ont décidé de réagir face aux plaintes qui leur sont adressées. En effet, une plainte a été déposée contre les maisons d’édition Apple et Hachette ainsi que de nombreux autres. La réponse dans cet article.

Une plainte portée contre Apple

Ce n’est pas une nouvelle affaire: une plainte portée contre Apple.  Les lecteurs revendiquent la légitimité des prix des e-books. La cour de Californie est celle qui a été saisie pour cette affaire. Les prix des e-books s’avèrent être non conformes aux règles. Les prix des e-books s’avèrent être non conformes aux règles. Avec lui:

Lire également : Où placer ses liquidités en 2022 ?

  • le géant à la pomme;
  • le groupe Hachette Livre;
  • HarperCollins, Macmillan;
  • Penguin Group et Simon & Schuster.

Tous sont accusés d’entente illicite sur les prix des e-books.

Le cabinet d’avocats Hagen Berman, spécialisé dans les actions collectives, a engagé la procédure judiciaire depuis peu. Cependant, deux particuliers sont à l’initiative de cette affaire, Anthony Petru et Marcus Mathis. Selon la plainte les maisons d’édition et Apple s’associent pour augmenter les prix sur les e-books les plus populaires. Ceci dans le but d’accroître leurs bénéfices. Ils obligent ainsi Amazon à abandonner son politique proconsommateur de cassage des prix ».

A lire également : Comment les entreprises peuvent optimiser leurs finances

Qu’en disent les plaignants

Selon les plaignants, le consommateur d’e-books n’est pas la seule victime de cet arrangement. De façon indirecte, Amazon en subit aussi les frais. Il n’est pas sans savoir que cette grande entreprise des e-books fait de grands jaloux de part et d’autre. Grâce à sa politique de tarifs préférentiels, elle s’avère être l’outil le plus prisé des lecteurs. À cela, s’ajoute son retentissant succès avec la tablette Kindle. Un merveilleux support électronique de lecture.

Le géant Apple aurait donc signé un contrat avec cinq autres éditeurs. Dans ce contrat, il leur accorde le privilège de fixer eux-mêmes les prix des e-books. Mais en retour, ces derniers ont l’interdiction formelle de vendre les mêmes e-books moins chers ailleurs. C’est grâce à ce manège que le groupe a réussi à faire pression sur Amazon. Les lecteurs ont alors vu le prix des e-books bondir jusqu’à près de 15 dollars. Des prix plutôt exorbitants pour les produits dont ils véhiculent la valeur. Selon le cabinet, si la plainte est jugée acceptable alors, tout acheteur d’e-book aux États-Unis pourra s’associer à l’action en justice engagée par le cabinet Hagen Berman. L’affaire pourrait ainsi prendre une ampleur plus considérable.

Les réactions d’Apple

La plupart des éditeurs ont accepté les sanctions juridiques, et reconnu le délit. Mais Apple continue de lutter contre vents et marées aux plaintes. Ce dernier explique que les maisons d’édition avaient déjà pris la décision de s’affranchir du joug d’Amazon. Elles avaient prévu de supprimer les remises sur les e-books et de les commercialiser en format hadcover. Cependant, ces derniers n’ont pas été satisfaits du deal que leur a proposé Cupertino sur sa plateforme e-books.

Dans cet accord, Apple gagnerait comme commission 30%. Ils parlent également de la croissance fulgurante des ventes d’e-books qui a suivi le lancement de l’iPad et de sa plateforme d’e-books. Ce qui a suscité une grande polémique au sein des éditeurs. Ils parlent également de la croissance fulgurante des ventes d’e-books qui a suivi le lancement de l’iPad et de sa plateforme d’e-books. Autant d’arguments qui ne suffisent pourtant pas pour convaincre le public.