Back
Image Alt

Quel est le bon taux de rendement locatif ?

Il est important d’apprécier le rendement locatif d’un investissement avant de s’y lancer. Cela passe par la connaissance du marché immobilier au travers de quelques prospections.

Les taxes foncières également jouent un rôle primordial dans le calcul du rendement locatif. De façon pratique, comment déterminer le bon rendement locatif ? Éléments de réponse !

A lire en complément : Impact de la fiscalité sur les stratégies d'investissement immobilier

Le rendement locatif : qu’est-ce que c’est ?

Ce terme technique représente un indicateur à partir duquel est mesurée la performance et la pertinence d’un investissement locatif dans l’immobilier.

Grâce à cette donnée, vous avez la possibilité de comparer ce projet à l’investissement dans une autre catégorie. Il peut être question d’investir dans une entreprise ou faire un placement d’argent.

A lire en complément : Investir dans l’immobilier fractionné : fonctionnement et application

Il peut être calculé sous forme de pourcentage et donne la possibilité d’apprécier la pertinence de cet investissement dans l’achat immobilier.

Comment calculer un taux de rendement locatif ?

Le taux de rendement locatif peut être déterminé en brut ou en Net. Lorsqu’il est brut, il ne tient pas compte des charges de l’acheteur ou de sa situation professionnelle. En Net, il prend en compte les impôts, tout revenu de l’acheteur ainsi que ces charges.

La première manière de calculer vous permet de vite choisir le bien immobilier qu’il faut retenir ou exclure. La seconde méthode vous permet d’évaluer de manière réaliste et exacte le profit financier que procure l’investissement. Ainsi, calculer le taux de rendement locatif net est la meilleure manière de procéder.

Alors, pour calculer cet indicateur, vous devez faire la somme des revenus des loyers et les diviser par la somme investie. Ce rendement peut être déterminé chaque année. Dans ce cas, il s’agit du rendement locatif pur. Un autre aspect dont il faut tenir compte est le prix du bien à la revente dans 2 à 10 ans. Il s’agit là de la rentabilité patrimoniale.

Quel est le bon taux de rendement locatif ?

Puisque les différents aspects doivent pris en compte pour le calcul de ce taux, vous devez, vous demandez quel est le meilleur taux. Il est dit par plusieurs personnes que le rendement locatif doit s’élever à un taux de 10 % minimum lorsqu’il est brut.

Cela garantirait un rendement net qui serait suffisant. Cet investissement serait alors plus retable que tous les autres placements. Cependant, il est rare d’atteindre facilement ce taux de rendement.

Cela amène alors parfois certains investisseurs à se pencher sur les petites villes ou les villes moyennes. Ils courent alors un plus grand risque locatif. De même, le potentiel de la plus-value à la revente demeure incertain. Pour répondre à cette question de façon franche, il n’existe pas de taux de rendement locatif optimal qui soit unique.

Alors, le taux de rendement dépend du niveau selon lequel l’investisseur peut épargner. Il est aussi fonction de l’objectif de cet investissement. S’agit-il d’une rentabilité locative pure ou patrimoniale ? Il faut aussi considérer la tendance du niveau de risque de la zone de cet investissement avant de se lancer.

Quels sont les facteurs à prendre en compte pour déterminer le taux de rendement locatif idéal ?

Afin de déterminer le taux de rendement locatif idéal, plusieurs facteurs doivent être pris en compte. Tout d’abord, pensez bien au rendement locatif idéal. Les studios et petits appartements peuvent offrir des rentabilités plus importantes mais aussi subir davantage le risque d’une vacance locative prolongée.

Il ne faut pas négliger l’état général du marché immobilier local ainsi que celui du marché national car ceux-ci peuvent influencer directement la rentabilité attendue par l’investissement immobilier. De nombreux autres critères tels que les conditions fiscales relatives aux investissements immobiliers ou encore la qualité du bailleur entrent en jeu dans ce calcul.

Il n’y a donc pas de réponse unique concernant cet aspect financier mais plutôt un ensemble complet à prendre en compte pour fournir une analyse juste et fiable.

Les erreurs à éviter lors du calcul du rendement locatif

Lors du calcul du rendement locatif, certaines erreurs peuvent survenir. Vous devez les éviter pour avoir une évaluation la plus précise possible.

Il faut faire attention à ne pas sous-estimer les coûts liés à l’investissement immobilier. Les frais d’agence immobilière ou encore les travaux de rénovation sont souvent négligés dans le calcul et peuvent impacter sérieusement la rentabilité attendue par l’investissement.

D’autre part, il ne faut pas non plus sous-estimer les charges locatives futures. Ces dernières incluent des dépenses telles que la taxe foncière ou encore les travaux d’entretien réguliers qui sont souvent omis dans le calcul initial mais représentent toutefois un coût conséquent pour chaque propriétaire-bailleur.

Il est aussi nécessaire de prendre en compte la vacance locative potentielle. Cette situation peut arriver à n’importe quel moment et impacte directement le rendement final. Prévoir ce risque permettra au propriétaire-bailleur de mieux ajuster ses finances et d’éviter des situations potentiellement stressantes.

Bien que déterminer le taux idéal de rendement locatif soit une tâche complexe nécessitant une étude approfondie des différents critères liés à l’investissement immobilier, savoir repérer ces erreurs courantes permettra aux investisseurs immobiliers novices comme expérimentés d’avoir davantage confiance dans leur analyse et de prendre des décisions éclairées en matière d’investissement immobilier.